jeudi 17 avril 2014

Economie

Risque pays: le Maroc parmi les meilleurs élèves en Afrique. Aon, groupe américain spécialisé dans le courtage en assurance et la gestion de risque entre autres, vient de publier son 16e classement sur les risques politiques dans le monde. Selon le niveau de risque, les pays y sont classés dans   une grille sur six échelons allant du "faible" au "très élevé", selon la note reçue. L'une des leçons de ce classement est que l'Afrique du nord est l'une des zones du continent possédant le climat le moins favorable pour les affaires. Avec une note de 3, le Maroc est considéré comme un pays présentant un "risque moyen", conservant par ailleurs la note obtenue lors du précédent classement. Seuls 8 pays ont obtenus cette note, d'après la cartographie réalisée par le site de Jeune Afrique. L'Algérie, la Mauritanie, la Libye et l'Égypte ont toutes obtenu une note de 5 (risque élevé). La Tunisie, considéré comme le 2e pays le moins risqué du nord de l'Afrique, a obtenu une note de 4 (moyennement élevé). Notons par ailleurs que l'Afrique australe est considérée comme la zone du continent présentant le climat le plus favorable pour les affaires, exception faite du Zimbabwe qui a obtenu 6 (risque très élevé). C'est le Botswana qui remporte la palme d'or, avec la meilleure note sur le continent (2), synonyme de "risque moyennement faible". Le classement établi par Aon se base sur des indicateurs tels que la solvabilité des États, la vulnérabilité des institutions financières, la capacité des États à mettre sur pied une politique fiscale, le niveau d'interférence de l'État dans l'économie, la nature de la législation et des réglementations applicables aux entreprises. h24info
Transport public : M’dina Bus appelle au mode de paiement électronique. M’dina Bus crée des émules pour généraliser la billetterie électronique lancée à la fin de l’année 2013. Concrètement, le nouveau mode de paiement baptisé «M’dina Moov» vise une meilleure traçabilité.   Un moyen aussi pour assurer une complémentarité bus-tramway pour les usagers. Et c’est bien pour attirer leur attention que les dirigeants de la société de transport ont lancé du 3 au 17 avril le Grand Concours «Said El Had». «Ce concours consiste en un tirage au sort quotidien de six cartes «M’dina Moov» disposant d’un contrat «PMT», parmi celles qui ont opéré une ou plusieurs validations du titre de transport, la journée précédant le tirage au sort. Chaque titulaire d’une carte «M’dina Moov» tirée au sort, se verra attribué un abonnement mensuel d’un mois, valable sur tout le réseau de M’dina Bus, d’une valeur de 500,00 DH (cinq cent dirhams)», expliquent les responsables de la société. Le nom des gagnants a fait l’objet de publication chaque jour sur le site internet de la société M’dina Bus ainsi que sur la page Facebook. Pour rappel, la restructuration du transport public à Casablanca est conditionnée par la billetterie électronique de telle sorte à avoir une complémentarité bus-tramway. «La carte permettra également de fluidifier l’utilisation des bus dans le sens où elle présente un moyen de paiement rapide et sécurisé», assurent les responsables du transporteur. La problématique demeure de taille lorsque l’on sait que le transporteur doit pallier aux aléas du vandalisme quotidien sur ces véhicules… Aujourd'hui
Démarrage imminent de la mine d'étain d'Achmmah. Le coup d'envoi du projet de la mine d'étain d'Achmmah, 1e en Afrique et 8e au monde, sera bientôt donné, a indiqué mercredi à Le360 une source du ministère de l'Energie et des mines. Située dans la région d'El Hajeb, cette mine   nécessitera un investissement de 1,6 milliard de dirhams. Le projet a été confié à une société australienne. Le président de la compagnie Kasbbah Ressources, Rod Marston, était récemment au Maroc où il a rencontré le ministre de l'Energie, Abdelakder Amara, précise la même source. Le projet minier d'Achmmah prévoit l’extraction d’un million de tonnes de minerai par an par des méthodes d’exploitation souterraine et la production de 6.880 tonnes d’étain sous forme de concentré dans une installation de traitement moderne. Ce projet devra générer plus de 200 emplois directs et stables et faire de la mine d’Achmmach la plus importante au niveau mondial et la première en Afrique. Abdelkader Amara a insisté auprès de Rod Marston pour que la mine accorde une "priorité à la dimension locale" en matière d'investissement, d'emplois et d'activités génératrices de revenus", indique notre source. "La composante locale doit être parmi les priorités de l’investissement. Elle doit être prise en considération dans tout investissement, en particulier minier. Ce projet est appelé à devenir un vecteur du développement durable de la localité et de toute la région", souligne-t-on auprès du ministère de l'Energie. Le 360
Le Réseau international de la concurrence en conclave à Marrakech. La ville de Marrakech abritera, du 22 au 25 avril prochain, la 13ème Conférence annuelle du Réseau international de la concurrence , selon un communiqué du Conseil de la concurrence. Organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI par le Conseil de la Concurrence   du Maroc, cette 13ème rencontre de l'ICN- International Competition Network, connaîtra la participation de plus de 500 personnalités, dont des représentants des autorités et organismes nationaux de la concurrence, des experts en Droit et économie de la concurrence et des avocats d’affaires membres du Réseau, issus de près de 90 pays. La rencontre annuelle de l’ICN, une structure qui réunit les représentants de plus de 120 autorités de la concurrence, est organisée traditionnellement par l’un des pays membres. Cette manifestation constitue, pour le pays hôte, l'occasion de promouvoir d’une part la culture de la concurrence et d’autre part ses atouts historiques, culturels, touristiques et économiques, soulignent les organisateurs. Y sont également conviés des représentants de grandes organisations telles que la Banque mondiale (BM), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED), ainsi que des représentants de l’Union Européenne. Les participants à la 13ème rencontre annuelle de l’ICN débattront de thèmes se rapportant au "Projet sur la promotion d'une culture de la concurrence élaboré par le Conseil de la concurrence du Maroc", "les établissements publics et les lois de la concurrence", "l’efficacité des autorités de concurrence", "Les outils d’une culture de la concurrence efficace", "Processus d'enquête, engagement, transparence et confidentialité", "Une culture de la concurrence ... Sommes-nous là encore?". Menara
Axa Assurance Maroc s’allie à Grameen-Jameel pour développer la microassurance en Afrique. La compagnie d’assurance Axa Assurance Maroc, filiale de l’assureur français Axa a annoncé, le 15 avril, avoir signé avec Grameen-Jameel Microfinance Ltd, un des plus grands promoteurs de la microfinance au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Turquie, un protocole d’accord, pour étudier et promouvoir conjointement le développement de la microassurance dans la région MENA et en Afrique subsaharienne. A travers cet accord, les deux partenaires souhaitent renforcer leurs rôles d’acteurs responsables, en offrant aux populations à faible revenu et non assurées, une couverture contre toutes les formes d’accidents, d’invalidité ou d’évènements imprévus, tels que les inondations ou les incendies. «Ce partenariat permettra à Axa Assurance Maroc d’appuyer sa stratégie de développement de la microassurance dans la région MENA et en Afrique subsaharienne et de confirmer son rôle d’assureur responsable. A travers la microassurance, Axa Assurance Maroc fait bénéficier la population à faible revenu de services d’assurances offrant des couvertures complètes, adaptées, avec des tarifs réduits, tout en garantissant une indemnisation et une aide financière en cas de sinistre», a déclaré le PDG d’Axa Assurance Maroc, Michel Hascoët, à l’occasion de la signature de l’accord de partenariat. «Grameen-Jameel est ravie de s'associer avec un assureur de renommée mondiale comme Axa.    Agenceecofin
HCP: La masse monétaire s'accroîtrait au Maroc au 2ème trimestre 2014. De 1,6 % s'accroîtrait la masse monétaire au deuxième trimestre 2014, en glissement trimestriel, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP), cité par la MAP. A cet égard, le déficit de la liquidité des banques se serait légèrement accru au début 2014, explique le HCP dans son point de conjoncture pour le mois d'avril 2014, ajoutant que les opérations du Trésor, dans le cadre de son financement, auraient été à l'origine des ponctions des liquidités bancaires. Les taux d'intérêt directeurs seraient restés stables, alors que les taux interbancaires et les taux d'intérêt des adjudications des bons du Trésor auraient légèrement régressé au premier trimestre 2014. Parallèlement, les crédits à l'économie auraient de nouveau diminué, enregistrant une baisse de 0,9 pc, et devraient augmenter de 1 pc au deuxième trimestre 2014, en liaison avec l'accroissement anticipé de la croissance économique non-agricole. La croissance économique aurait légèrement décéléré au premier trimestre 2014, se situant aux environs de 2,5 pc, selon le HCP.    Le Mag