mardi 26 mai 2015

Actualité

Guinée-Bissau. Visite du Roi Mohammed VI, une première pour un souverain marocain. En prévision de cette visite, le royaume a offert à la Guinée-Bissau 12.000 tonnes de médicaments dont des antirétroviraux et des antibiotiques pour le traitement de la tuberculose, a déclaré   à l'AFP le Consul général de Guinée-Bissau au Maroc, Albino Arfam. Selon lui, une équipe médicale marocaine est arrivée dès ce week-end et a commencé lundi des consultations gratuites et des interventions chirurgicales à l'hôpital Central Simao Mendes, le plus grand du pays. Atlas Info
Corruption. Le gouvernement lance un plan pour lutter contre le phénomène. Elaboré par le cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC), ce plan vise un double objectif à savoir la restauration de la confiance des Marocains dans la lutte contre la corruption, et aussi celle des   investisseurs étrangers. Concrètement, le cabinet PwC a recommandé au gouvernement de mettre sur la table 3,5 milliards de dirhams pour réussir ce pari sur dix ans.Le premier objectif porte sur la qualité de vie des populations et à la moralisation de la vie publique et administrative, tandis que le second est plus orienté sur l’économie, les relations avec l’étranger et le volume des investissements extérieurs. Yabiladi
Politique. Les salafistes entrent en scène. Certaines figures de l’islamisme marocain comme Faouzi Abdelkrim, cadre de la Chabiba islamiya, et Abdelkrim Chadli, ancien cadre de la Salafiya jihadiya, se sont affichés le 23 mai au Conseil national du parti du MDS, Mouvement démocratique   et social. Le théologien Driss Hani, qui est considéré comme le chef spirituel de la communauté chiite au Maroc, était également présent à cet évènement, à l’occasion duquel les trois hommes ont rejoint la formation politique. Tel Quel
Politique. L'ex-ministre Abdelaâdim El Guerrouj refuse d’assister à la cérémonie de passation de pouvoir. Visiblement Abelaâdim El Guerrouj n’a pas encore accepté les conditions de son limogeage par le roi Mohammed VI suite à la proposition du chef du gouvernement. Il aurait espéré une « sortie honorable ». Cinq jours après la nomination de son successeur Khalid Berjaoui, l’ancien ministre refuse toujours d’effectuer la cérémonie de passation de pouvoirs. Une première au Maroc. D’habitude, celle-ci se déroule immédiatement après que les nouveaux ministres aient été présentés au monarque et pris avec lui la traditionnelle photo de famille.    Yabiladi
Libertés. Pour Benkirane, il n'y a pas de restriction au Maroc. S’exprimant lors d’un entretien en direct sur le thème de « la feuille de route pour le Maroc », animé par la rédactrice en chef du réseau CNN arabe, Caroline Faraj, en marge de la dernière journée du Forum économique mondial sur la région du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA), M. Benkirane a souligné que « celui qui prétend que des restrictions sur les libertés existent dans le Royaume est mal-informé, irréaliste ou malintentionné « , confirmant qu’ »une large liberté est exercée au Maroc sans restriction quelconque ».Dans ce sens, le Chef de l’exécutif a invité quiconque qui souhaiterait se rendre au Maroc à y venir pour constater de visu l’étendue de la liberté existante, qu’il a qualifiée de « pratiquement illimitée ».    LNT