lundi 28 juillet 2014

Actualité

Crash Air Algérie. Des experts marocains privilégient la thèse de l’attentat. Pour Medi1TV, plusieurs éléments pourraient indiquer que la catastrophe aérienne survenue au nord du Mali a pour origine une attaque terroriste. Des témoignages et des analyses de spécialistes viennent étayer   cette théorie, en attendant d'en savoir plus dans les jours à venir. « Sur le plateau du JT, l’expert en questions de terrorisme au Sahel, Mohamed Benhammou, a écarté la piste des tempêtes de sables très fréquentes dans la région. Pour le président d’un centre de recherche à Rabat sur les études stratégiques, ces tempêtes ne peuvent pas atteindre un avion qui volait à 9000 mètres d’altitude. De même, il a souligné qu’aucun signal de la part de l’équipage indiquant des problèmes de sécurité à bord du MD-83, n’a été envoyé. Et d’ajouter que l’appareil venait juste de passer avec succès des tests de contrôle. De son côté, le ministre algérien, Amar Ghoul, lors d’une déclaration lue devant la presse, a reconnu que le même avion a effectué, durant les derniers jours, plusieurs liaisons entre Ouagadougou et Alger. » Yabiladi
Terrorisme. Un dangereux djihadiste arrêté à Tanger Med. Portant le nom de Ahmed L., allias Abou Aïssa, l’intéressé a un parcours qui porte à croire qu’il s’agit d’un membre actif d’Al-Qaïda, influent dans le domaine du recrutement et d’animation de plusieurs filières djihadistes.   Ancien vétéran de la guerre d’Afghanistan, ce franco-algérien est également passé par la Bosnie, a porté les armes en Syrie sous la bannière de Jabhat Nosra et a coordonné des opérations avec Ansar Al Charia en Lybie. Il a de surcroît prêté allégeance à Abou Bakr Al-Baghdadi. Le parcours de Ahmed L., ainsi que ses connexions avec des groupes djihadistes opérationnels dans plusieurs territoires, lui facilitent son rôle de recruteur et d’animateur de filières djihadistes, actives entre l’Europe et la Syrie. Au moment de son interpellation, Ahmed. L s’apprêtait à regagner la rive nord de la Méditerranée. Le360.ma
Politique internationale. Signes de réconciliation entre le Maroc et la Mauritanie. Un proche de la présidence présent à la causerie du Ramadan du Roi Mohamed VI, l'extradition d'un dignitaire mauritanien détenu au Maroc depuis plusieurs années: 2 indices d'une relation en voie de   normalisation entre le Royaume et son voisin du sud. « Un Mauritanien a assisté, hier à Oujda, à la sixième et dernière causerie religieuse durant ce mois de Ramadan. Il ne s’agit pas d’un religieux comme on pourrait l'imaginer pour ce type d'évènement, mais d’un conseiller du président Mohamed Ould Abdel Aziz, en charge des affaires islamiques. Il s’agit de Ahmed Ben Ahl Daoud, nommé à ce poste en mars 2013, et qui est venu saluer le roi Mohammed VI. Une présence hautement symbolique et révélatrice puisque cet homme n’aurait pas pris l’avion à destination du royaume sans l’aval du chef de l'Etat mauritanien. Le précédent de l’épisode du retard dans la publication du message de félicitation du souverain au président Aziz en est bien la preuve. » Yabiladi
Justice. Un député accusé de viol refuse de comparaitre. La Cour d’appel a donc demandé au député de se présenter devant la cour. Toutefois, celui-ci n’est pas venu, et ce à quatre reprises, faisant valoir le fait qu’il n’a pas reçu la convocation. La Cour a donc ordonné la comparution de force du député. Interrogé par Akhbar Al Yaoum, la plaignante se dit étonnée quant « à la lenteur des autorités qui n’ont pas réussi à mettre la main sur ce député qui exerce ses activités à seulement 50 kilomètres de Rabat ». Elle rappelle que le résultat de test ADN de paternité qu’elle a réalisé confirment la paternité du parlementaire de son enfant, aujourd’hui âgé de trois ans. Pour rappel, cette affaire avait créé une polémique. En janvier 2013, la justice avait innocenté Hassan Arif et avait placé Malika Slimani en détention provisoire pour outrage à magistrat. Cette décision de justice avait suscité l’indignation de la société civile, qui avait demandé la démission du parlementaire.    Tel Quel
Décalage horaire. Retour à l’heure d’été le 2 Août. Le ministère de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration a annoncé, vendredi, que l'heure légale au Maroc sera avancée de 60 minutes (GMT+1) le samedi 2 aout prochain, à compter de 02 heures du matin. Cette mesure intervient en application du décret n 2.13.781 du 21 Dou Al Kaada 1434 de l'Hégire correspondant au 28 septembre 2013, a rappelé le ministère dans un communiqué.    Art19